Le Mac

19208669.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Pascal Bourdiaux

Avec José Garcia, Gilbert Melki, Carmen Maura, Arsène Mosca

Année : 2010

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Il a 36 heures pour devenir… Le Mac !

Avis :

Aimant bien José Garcia, je me suis laissé tenter par ce film qui s’annonçait complètement barré et bien je n’aurais pas dû… Car pour une comédie, j’ai plus soupiré que rigolé…

Mr Chapelle est un homme sans histoire. Banquier du côté de la défense à Paris, un soir, il est manipulé par la police et croit avoir commis un meurtre et risque vingt ans de taule au minimum. En fait, la police a besoin de lui pour se faire passer pour son frère jumeau qu’il ne connait pas. Son frère, Ace, est un mac très connu du côté de Marseille et il a disparu. En secret, il rencardait la police sur son boss, un certain Tiago Mendès. D’ici quelques jours, il va y avoir une énorme transaction et si la police arrive à savoir où et quand, elle pourrait enfin mettre tout ce beau monde sous les verrous, mais comme Ace a disparu, présumé mort, il décide de transformer son frère en Mac. Autant dire qu’ils ont du pain sur la planche, car le projet est risqué. Chapelle est bien différent de son frère, et le défi est de transformer en gros « Joséphine ange gardien » en Marilyn Manson…

19243385.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Le mac« , c’est le premier film de Pascal Bourdiaux, le mec qui a réalisé « Fiston » cette année… J’avais oublié ce petit détail…

Je n’attendais pas la comédie de l’année non plus, mais je m’attendais à passer un petit moment rigolo avec quelques gags sympas, mais si j’ai rigolé deux ou trois fois devant, la plupart du temps, je suis resté figé devant la nullité du scénario qui est comblé par des actions totalement improbables qui sont lourdes et appuyées pour faire rire. J’ai franchement du mal quand un film ou une scène m’indique clairement là où il faut rigoler et c’est cas avec ce film qui n’arrête pas une seconde. Les gags sont beaucoup trop lourds, la plupart du temps, c’est du gag pour faire du gag et le film ressemble plus à un enchaînement de sketchs plus ou moins drôles. Comme le film n’arrête pas une seconde, il a bien réussi à me faire rire quelques fois, mais ce n’est franchement pas assez pour une comédie comme celle-ci.

Pourtant, il y avait vraiment matière à faire rire dans ce film. L’histoire, quand on la survole, est fun et a tous les ingrédients d’une bonne comédie, avec des personnages hauts en couleur, enfin non, UN personnage haut en couleur, un pauvre mec qui n’a rien demandé à personne et qui se retrouve plongé dans un univers qui est à des milliards d’années-lumière de lui. Mais voilà ça ne fonctionne pas. Le début du film est sympa, l’apprentissage de José Garcia pour devenir un mac est bon, mais après, ce n’est plus possible.

Le scénario est laborieux au possible, voir même catastrophique et désertique, et pour nous entraîner dans la vie de ce faux mac qui doit persuader tout le monde qu’il est le vrai mac, on a le droit à des péripéties toutes plus loufoques et improbables les unes que les autres que l’histoire pense nous faire avaler sous le prétexte du rire. Si les scènes sont drôles, on ne fera pas attention à l’histoire. La plupart du temps, je suis resté à me demander le pourquoi de telle ou telle action ?

Puis il y a aussi cette bande son insupportable, avec des titres censés donner une image cool et fun, mais en fait j’ai trouvé que c’était de mauvais gout, mal placé et encore une fois certaines chansons accompagnent les scènes et essaient avec leur « coolatitude » de faire rire… Et pourtant, ce sont des artistes que j’aime bien, comme Gwen Stefani, Martin Solveig, DMX ou Black Strobe et Diana Ross entre autre, mais ça ne fonctionne pas.

José Garcia, un acteur que j’aime bien d’habitude, est pratiquement insupportable tant il en fait des caisses à chaque plan. Alors que l’acteur a tendance à souvent me faire rire dans ses films, j’ai trouvé qu’il s’auto-parodiait tant il en fait toujours plus. Là encore, il m’a fait rire certaines fois, mais la plupart du temps c’est plus des soupirs qu’il m’a extirpé avec regret, parce que j’avais envie de l’aimer ce film.

Pour le reste du casting, dans un petit rôle sympa, on trouve Carmen Maura qui joue une maman guerrière et l’actrice est vraiment drôle, même si ce rôle est plus alimentaire dans la carrière de l’actrice l’espagnole. C’est même surprenant de la voir dans ce genre de production. Gilbert Melki est terriblement mauvais dans la caricature d’un grand mafieux. Voix grave à la Al Pacino, on sent qu’il n’y croit pas, je n’ai jamais vu l’acteur dans cet état… Laurent Bateau est bien dans le rôle d’un flic prêt à tout pour faire tomber le grand méchant Melki.

19243387.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Moi qui m’attendais à me marrer devant une comédie débile, je suis vraiment déçu, alors que j’ai eu une comédie débile.

Bien sûr quelques rires et sourires ont accompagné ma découverte de ce film, mais il y a eu beaucoup, beaucoup de soupirs.

Quand on fait une comédie aussi déjantée que « Le mac« , il ne faut pas oublier qu’un film, c’est aussi une histoire qui tient la route et non pas un ensemble de sketchs super appuyés pour faire rire et aussi distribuer ses gags avec subtilité, parce que là, c’était vraiment trop. Je ne suis pas prêt de revoir ce film…

Note : 06/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net