octobre 27, 2020

Les Grands Ducs

rueducine.com-les-grands-ducs-1996

De : Patrice Leconte

Avec Philippe Noiret, Jean-Pierre Marielle, Jean Rochefort, Catherine Jacob

Année : 1996

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Trois vieux comédiens has been et fauchés qui cachetonnent pour survivre. Ils vont reprendre au pied levé trois petits rôles d’une comédie de boulevard, la veille du départ d’une tournée théâtrale.

Avis :

Ce que je peux aimer les comédies de Patrice Leconte. À l’époque, le réalisateur savait nous offrir des films drôles et divertissants et cultes en même temps. J’ai vu pas mal de ses films, mais je ne connaissais pas du tout celui-ci porté par un trio d’acteurs que j’aime beaucoup, je me suis donc plongé dans cette nouvelle comédie et j’en ressors amusé avec le sourire aux lèvres. « Les grands-ducs » est donc une très bonne comédie sur les comédiens, c’est un film qui m’a fait beaucoup rigoler et je suis ravi de l’avoir découvert.

802474_665x245x665 245q90otop50

Trois vieux comédiens has been arrivent à se faire engager dans une tournée théâtrale qui promet beaucoup. Mais ce qu’ils ne savent pas, comme tout le monde sur la tournée, c’est que le producteur est ruiné et que s’il arrivait quelque chose à l’actrice principale et que la tournée était annulée, il toucherait gros. Après avoir proposé une bonne partie de l’assurance à l’actrice pour qu’elle se couche sur scène et que cette dernière a refusé catégoriquement, il décide alors de saboter la tournée.

Voici la troupe embarquée dans un spectacle qui risque de foirer chaque soir…

« Les grands-ducs« , c’est une très bonne surprise. Je pensais aimer le film, je pensais même m’amuser devant, mais jamais je n’aurais cru autant devant ce film qui m’a fait passer une super soirée.

J’adoré l’idée de mettre trois très grands acteurs français, Philippe Noiret, Jean-Pierre Marielle et Jean Rochefort, dans le rôle de trois acteurs totalement minables. À la lecture du synopsis, l’idée me faisait déjà sourire, puis une fois lancé dans le film, c’est de la bonne comédie que nous réserve ici le réalisateur.

Comédie absurde, théâtre de boulevard et scénario qui frise avec le grand n’importe quoi, j’avoue m’être éclaté devant ce film que j’ai trouvé jubilatoire. La première scène de Jean-Pierre Marielle est à se tordre de rire, comme presque toutes les scènes qu’a le comédien d’ailleurs.

Le réalisateur nous a concocté de sacrés bons moments de rigolade dans le film. Les scènes où les comédiens sont sur scène et font face à leur stress avant remonter enfin sur scène, sont tellement drôles. Cela nous réserve de bons moments, où la panique et les égos se frottent au stress du trou noir sur scène, d’affronter le regard du public, ou simplement d’avoir perdu son talent et de ne pas y arriver.

Je trouve que le réalisateur y installe une bonne ambiance et arrive dans un sens, à bien retranscrire l’ambiance d’une tournée. Le fait de vivre ensemble, d’aller d’hôtels en hôtels. Il pose aussi une réflexion sur ces métiers précaires, où certains ne font que survivre pour pouvoir vivre de leur passion.

Le coup du producteur véreux, qui est prêt à tout pour annuler sa tournée et pouvoir se refaire. Les comédiens qui cachetonnent pour survivre. Les jeunes comédiens qui ont un regard neuf et apeuré sur la profession. C’est sur le ton de l’humour et du divertissement, qu’entre les lignes, Patrice Leconte nous livre aussi un film plus sérieux qu’il n’en a l’air à première vue et c’est une bonne surprise aussi dans ce sens-là. « Les grands-ducs » prouve aussi qu’on peut rire, tout en étant sérieux.

J’ai été très surpris de voir à quel point le film est passé vite. C’est vrai qu’il est court, il fait moins d’une heure et demi, mais comme l’ambiance, les gags et les dialogues sont terribles, j’ai bien cru qu’il faisait une quarantaine de minutes et j’ai même été frustré qu’il finisse aussi vite, car pour le coup, je suis resté un peu sur ma faim.

L’un des très gros points forts du film, c’est son casting royal, aussi bien pour les têtes d’affiche qui sont hilarantes dans leurs rôles, que pour les petits seconds rôles bien trouvés. Le film est emmené par le trio Jean Rochefort qui est franchement drôle, Philippe Noiret qui est très touchant dans le fond, c’est lui qui a le plus de trac à remonter sur scène et l’acteur fait bien passer sa panique et surtout Jean-Pierre Marielle qui est carrément tordant de bout en bout. L’acteur tient là un rôle complètement dingue, imprévisible, colérique avec un ego surdimensionné, il m’a tellement fait rire, même quand il ne dit rien. C’est bien simple, ils sont tous très bons, mais il en vole la vedette à tout le monde.

philippe-noiret-jean-pierre-marielle-jean-rochefort-les-grands-ducs_5283e87be0ceb

Le film offre un excellent rôle à Catherine Jacob qui est dans le rôle d’une actrice un peu folle, avec beaucoup d’ego et digne, prête à tout pour faire cette pièce et elle m’a beaucoup fait rire. Je crois ne jamais avoir vu l’actrice aussi délurée. Ce film sera aussi l’occasion de voir une toute jeune Clotilde Courau et un Michel Blanc diabolique.

C’est donc une excellente comédie sur les comédiens que Patrice Leconte a réalisé. C’est un film que j’ai pris plaisir à découvrir, qui m’a beaucoup fait rire et qui me permet de revoir ces comédiens que j’aime tant. C’est aussi un film oublié dans la carrière du réalisateur et je suis plus que ravi de l’avoir découvert, car il vaut vraiment le coup d’œil.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.