octobre 29, 2020

Nixon

18463464.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Oliver Stone

Avec Anthony Hopkins, Joan Allen, Powers Boothe, Ed Harris

Année: 1995

Pays: Etats-Unis

Genre: Biopic

Résumé:

Richard Nixon, président américain entre 1969 et 1974, fut un dirigeant très controversé. La complexité de son personnage est mise en avant à travers la campagne qui l’a propulsé à la tête de l’exécutif jusqu’au scandale du Watergate en passant par les problèmes d’alcoolisme qu’il partageait avec sa femme Pat Ryan.

Avis:

Après sa fresque sur Kennedy, le talentueux Oliver Stone s’attaque cette fois à un autre président des Etats-Unis, Richard Nixon. Si l’histoire de l’homme donne matière pour faire un film qui s’annonce impressionnant tant la vie de Nixon est un film à elle seule, j’en ressors quelque peu déçu. Si j’ai appris beaucoup de choses, j’ai trouvé le film long et ennuyant à plusieurs moments et je suis donc partagé sur ce douzième film de ce grand cinéaste.

Nixon 1995 Real. : Olivier Stone Mary Steenburgen Collection Christophel

Comme on peut s’y attendre, « Nixon » retrace la vie de Richard Nixon, trente-septième président des Etats-Unis d’Amérique. De son enfance très pauvre, à la présidence de la plus grande puissance mondiale, le film va retracer le destin extraordinaire de cet homme. De sa conquête de la maison blanche à sa trahison et sa chute, Nixon aura été un président très différent de ce que les Etats-Unis ont connu jusque-là.

La filmographie d’Oliver Stone est parcourue d’immenses destins, entre Les Doors, « Alexandre« , « JFK« , « Salvador« , et même George Bush avec « W. – L’improbable Président« , le réalisateur en a presque fait sa marque de fabrique. N’ayant pas sa langue dans sa poche, il aime proposer des portraits audacieux et sous des angles différents de ce à quoi nous sommes habitués. Alors, vu l’incroyable destinée de Richard Nixon et des polémiques qui l’ont entouré, il était presque évident que le réalisateur américain allait un jour en dresser un portrait.

J’aime énormément le cinéma d’Oliver Stone et dans les films qu’il me reste à voir de lui, je n’avais pas encore vu ce « Nixon » et je m’attendais à un gros chef-d’œuvre, mais j’en ressors assez déçu et surtout ennuyé de ce film, et c’est le premier film que je vois de lui que je ne m’apprécie pas.

Si j’ai appris beaucoup de choses sur ce président grâce à ce film, que le réalisateur nous fournit encore une fois un film impeccablement documenté, j’avoue avoir trouvé l’histoire bien trop confuse, n’étant pas sûr parfois de savoir bien de quoi on parlait. Le scénario est monté en flashback et j’ai trouvé que beaucoup de scènes étaient données de manière aléatoire, trop de flashbacks tuent le flashback et a tendance à embrouiller le film. On passe de l’enfance de Nixon, à la crise du Water Gate sans trop de liens. Il doit en avoir, on est chez Oliver Stone et rien n’est laissé au hasard chez lui, mais le tout est confus, et je me suis vu m’agacer devant ce film. Puis cette confusion m’a apporté des longueurs. Le film dure trois heures, mais je n’ai pas trouvé ça tout le temps intéressant et il m’a paru beaucoup plus long du coup. J’ai eu la désagréablement impression que le film avait tendance à tourner en rond. Parfois captivant, de par ce qu’il raconte, mais aussi son ambiance tendue et le jeu de ses acteurs, Oliver Stone ne m’a pas vraiment captivé jusqu’au bout et à plusieurs moments, je me suis vu ressortir du film attendant de m’y replonger quand le film dans sa trame avancerait.

Puis une autre chose m’a beaucoup dérangé dans ce film, c’est sa mise en scène. Si par moments je l’ai trouvé stupéfiante, Oliver Stone sait filmer, il l’a déjà prouvé à mainte reprise, et ce film regorge encore une fois de plans incroyables, des séquences sublimes, j’ai eu franchement du mal avec le montage et les choix de certaines scènes en noir et blanc par exemple. Alors que l’on est plongé dans une scène, le réalisateur passe de temps en temps de la couleur au noir et blanc. Effets de style ? Esthétisme ? Je n’ai pas compris pourquoi et à chaque coup, je ressors des conversations pour me focaliser sur le pourquoi de ce choix.

Après le film n’est pas entièrement négatif, bien au contraire. Il y a des scènes excellentes, une ambiance tendue presque comme un thriller. Les décors sont très beaux, les reconstitutions impeccables, on sent le travail fourni derrière. Puis la BO de John Williams est superbe.

Le jeu des acteurs est très bon, Anthony Hopkins en tête. Le rôle est un défi à lui seul et l’acteur compose un président touchant plein de charme et quelque peu agaçant dans le bon sens bien sûr et au bord de la folie à la fin du film.

James Wood est encore parfait. J’ai même trouvé son personnage assez drôle, alors qu’il n’est pas censé l’être. J’ai beaucoup aimé le personnage de Joan Allen qui joue la femme de Nixon. D’ailleurs, c’est peut-être le personnage que j’ai le plus apprécié dans le film. Bob Hoskins est sympa en J. Edgar Hoover, tout comme chaque acteur qui compose l’équipe de Nixon, David Paymer et David Hyde Pierce.

18831152.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

C’est donc une déception, j’attendais un grand film historique et à la place, j’ai trouvé un film embrouillé, perdu dans ses flashbacks. Je suis quand même content de l’avoir vu, j’ai appris des choses, Anthony Hopkins est toujours aussi bon, mais ça s’arrête là. « Nixon » marque le premier film d’Oliver Stone que je n’apprécie pas et c’est bien dommage avec un tel personnage et un tel parcours…

Note : 08/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.