octobre 25, 2021

The Immigrant

21049757_20131015170623847.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : James Gray

Avec Marion Cotillard, Joaquin Phoenix, Jeremy Renner, Dagmara Dominczyk

Année : 2013

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

  1. Ewa et sa sœur Magda quittent leur Pologne natale pour la terre promise, New York. Arrivées à Ellis Island, Magda, atteinte de tuberculose, est placée en quarantaine. Ewa, seule et désemparée, tombe dans les filets de Bruno, un souteneur sans scrupules. Pour sauver sa sœur, elle est prête à tous les sacrifices et se livre, résignée, à la prostitution. L’arrivée d’Orlando, illusionniste et cousin de Bruno, lui redonne confiance et l’espoir de jours meilleurs. Mais c’est sans compter sur la jalousie de Bruno…

Avis :

Après cinq années d’absence, le réalisateur James Gray est de retour avec « The Immigrant« . Après l’impeccable « La nuit nous appartient » et le sensible « Two Lovers » le réalisateur nous est revenu avec ce film d’époque sur les rêves et les espoirs d’une autre vie en Amérique, alors terre promise où tout est possible.

J’aime le cinéma de James Gray et j’étais impatient de découvrir son nouveau film, que j’ai raté au cinéma, vu que mon ciné préféré ne l’a pas diffusé. Bref, je me suis donc lancé dans ce film et je dois dire que j’en ressors un peu déçu. « The Immigrant » est un bon film, mais qui manque de vie et de sentiments.

21053219_20131028103026935.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

1921, sur Ellis Island. L’Amérique fait rêver une partie du monde, c’est la terre de la deuxième chance et ils sont nombreux à s’y rendre. Ewa et sa sœur Magda viennent d’arriver après un voyage éprouvant depuis la Pologne. Mais une fois sur place, le rêve ne se passe pas comme elles l’avaient espéré. Elles se retrouvent séparées, car Magda est malade et Ewa risque d’être expulsée, car elle est considérée comme une femme de mauvaise vie. Alors que tout semble perdu, Ewa fait la connaissance de Bruno, un homme charmant qui va l’aider.

Pour sortir Magda d’Ellis Island, Bruno apprend à Ewa qu’il faut soudoyer les gardes, mais que cela vaut énormément d’argent. Influencée par Bruno et pour sauver sa jeune sœur, Ewa va alors tomber dans la prostitution. Alors qu’elle sombre peu à peu, l’arrivé d’Orlando, le cousin de Bruno, lui redonne peu à peu espoir, mais c’est sans compter sur la jalousie de Bruno qui voit Orlando comme un ennemi.

Il aura mis du temps avant de nous revenir James Gray, alors ce retour était attendu. « The Immigrant » est un drame sur la rédemption, la désillusion et l’espoir d’une vie meilleure.

Le film a une belle intrigue, le scénario et les événements de ce dernier sont plutôt bons. L’intrigue est dramatique comme promis, profonde, intime et belle. Le réalisateur y installe une belle ambiance et réussi à retranscrire l’époque dans laquelle son histoire évolue.

Mais alors qu’il y a tout pour être bien et bon, j’ai trouvé le film assez pauvre en sentiments, j’ai trouvé que le film manquait de vie, d’émotions, et j’avoue n’avoir rien ressenti à la vision du film. C’est bien interprété, très bien filmé (c’est même impeccable et il n’y a rien à redire même, c’est beau, James Gray maîtrise comme d’habitude), mais c’est très classique et je n’ai jamais vraiment réussi à rentrer dedans.

La magie a opéré qu’à moitié malgré la reconstitution méticuleuse du New-York des années vingt qui est magnifique, malgré le bon jeu des acteurs, malgré la belle musique ou bien la photographie sublime. D’ailleurs, le film comporte des plans vraiment très beaux, James Gray a vraiment très bien travaillé l’esthétisme de son film. Et c’est peut-être ça le problème du film, puisque j’ai eu la sensation que le réalisateur s’est beaucoup trop attardé sur le côté esthétique et en avait oublié de vraiment nous faire plonger dans l’ambiance et nous passionner avec cette belle histoire.

James Gray retrouve pour la quatrième fois sur cinq films, son acteur fétiche, Joaquin Phoenix. Il offre à l’acteur le rôle d’un proxénète à la fois dur et tendre avec les filles qui travaillent pour lui. L’acteur joue d’ailleurs très bien avec cette frontière entre les deux sentiments. L’héroïne de son film est tenue par notre Marion Cotillard, qui continue son tour du monde des meilleurs réalisateurs qu’on connait. Ici, l’actrice trouve un beau rôle et elle s’en sort vraiment très bien. Jouant aussi bien en anglais qu’en polonais, Cotillard nous offre une belle prestation.

21053221_20131028103038306.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

D’ailleurs, je trouve ça super frustrant, car je la trouve impeccable, comme Joaquin Phoenix et je n’ai pas réussi à aimer le film autant que je l’aurais souhaité, alors que c’est bien. Par contre dans un autre sens, je ne suis pas convaincu par Jeremy Renner dans son rôle. J’ai trouvé l’acteur très fade en fait et je ne l’ai pas trouvé à sa place et j’ai bien eu du mal à croire à son rôle.

C’est vraiment dommage, car « The Immigrant » a vraiment tout pour être génial, mais est juste bien. Sur tous les films que j’ai vu de James Gray, c’est celui qui m’a laissé le plus indifférent. Ça reste quand même du bon cinéma, mais comme j’en attendais beaucoup de ce film, peut-être trop, je reste sur ma faim.

Note : 12/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=5Otb1eg9o_I[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.