Corrina, Corrina

affiche_Corrina__Corrina_1994_1

De : Jessie Nelson

Avec Whoopi Goldberg, Ray Liotta, Tina Majorino, Don Ameche

Année: 1994

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie

Résumé:

Manny Singer, un jeune veuf, doit élever seul Molly, sa petite fille de huit ans qui s’est retranchée dans son chagrin après la mort de sa mère. Seule l’arrivée de Corrina Washington, une jeune gouvernante brillante et enthousiaste, redonnera le sourire à la petite fille.

Avis:

Depuis le temps que je n’en entendais parler de ce petit film, j’ai enfin fini par mettre la main dessus. Whoopi Goldberg est une de ces actrices qui a bercé mon enfance. Une actrice que j’adore et qui me manque beaucoup.

Alors que je connais par cœur « Ghost« , « Sister act » ou « Jumpin Jack Flash« , il y a ce petit film culte que je n’avais pas encore vu. Difficile à trouver d’occasion, j’aurais mis du temps, mais ça y est, j’ai enfin remédié à cette atrocité de ma part et il est comme on me l’avait décrit. Un bon et joli moment détente.

232509_17XL5AU1J72PXS2MQ2M1HDK4TNNZS7_corrina_009_H233211_L

Les années 60, Manny Singer vient de perdre sa femme. Manny a eu avec elle une petite fille et la disparition de sa maman est un choc. La petite Molly ne parle plus depuis. Avant de reprendre le travail, Manny doit s’organiser et trouver une gouvernante à la petite Molly. Après avec reçu la crème de la bizarrerie de la ville, Manny décide d’embaucher Corrina Washington, une jeune femme afro-américaine avec qui le courant à l’air de passer avec Molly.

Cette femme va alors être une belle bouffée d’air dans la vie de Manny et Molly et elle va les aider à sa manière à faire le deuil de cette maman partie beaucoup trop tôt.

« Corrina Corrina » est le premier film de la réalisatrice Jessie Nelson qui depuis n’a réalisé que « Sam, je suis Sam » autre joli film un peu dans la même veine.

C’est vrai que le scénario est ultra simple quand on voit de quoi parle « Corrina Corrina » et l’on peut imaginer que l’on risque d’avoir affaire à une guimauve comme Hollywood en produit tellement, mais c’est sans compter sur la bonne humeur, l’humour et cette petite histoire toute jolie. Le scénario n’a rien d’exceptionnel, mais j’ai trouvé le film très attachant. C’est une tranche de vie un peu difficile que la réalisatrice décide de nous raconter et elle le fait plutôt bien. C’est un petit moment de bonheur, malgré la tristesse de départ. Il y a une belle ambiance qui se dégage du film. Beaucoup d’émotion à fleur de peau. J’aime beaucoup ce père qui ne prend pas le temps de faire son deuil, car sa petite a besoin de lui, c’est joli, tendre, simple et vrai.

En parallèle de l’histoire, la réalisatrice en profite pour nous faire un petit message de tolérance. Puisque le film raconte aussi l’histoire d’une femme noire qui part travailler pour des blancs. Elle y traite ainsi de la tolérance de façon simple et discrète, mais je trouve du coup que ça ancre bien le film dans son époque, avec ce qu’il faut de préjugés, sans trop en faire. Une qualité que je trouvais déjà présente dans son autre film.

Le film jouit aussi d’une belle ambiance, puisqu’il a une belle BO jazzy qui fait plaisir à écouter. On peut y retrouver des titres de Louis Armstrong, Billie Holiday, Jackie Wilson ou bien de Dinah Washington et Peter Cox, c’était très sympa d’écouter autant de belles chansons qui accompagnent bien les images et l’histoire.

Le film est tenu par un duo d’acteur assez improbable. Whoopi Goldberg, pétillante à souhait, est plus simple que d’habitude et démontre encore une fois l’étendu de son talent dans la peau de ce personnage des plus attachants. Ray Liotta est quant à lui, à contre-emploi. Désertant les rôles plus durs, il campe avec beaucoup de tendresse un père maladroit, qui tombe sous le charme de cette femme. L’alchimie entre les deux acteurs est belle. Il ne fraudait pas oublier la toute jeune Tina Majorino, qui joue la petite Molly. La jeune actrice est très touchante. Elle nous fait rire et est capable de nous émouvoir l’instant d’après avec ses grands yeux malheureux. Le trio arrivera à nous conquérir en très peu de temps malgré toutes les facilités du film.

crri

J’ai donc beaucoup apprécié ce petit « Corrina Corrina« . Certes, le film est très simple, déjà vu et quelque peu cliché, mais il jouit d’une belle ambiance, d’un joli charme et les acteurs sont au top. En fait « Corrina Corrina » c’est peu l’exemple type du film qui n’a rien de révolutionnaire mais qu’on aime. Un film comme on en trouvait beaucoup dans les années 90, un film dans lequel on se laisse plonger petit à petit et l’on en ressort avec le sourire.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net