Lofofora – L’Epreuve du Contraire

3760068971403_600

Avis :

Fer de lance du métal français, Lofofora est un groupe qui existe depuis 1989 et qui continue de fournir des albums contenant une énergie débordante et une fougue encore inégalée. Il faut dire qu’ils sont les piliers d’un nouveau genre, celui de mixer du punk hardcore (influence majeure du groupe avec des noms tels que The Exploited ou Dead Kennedys) avec du rap ou du hip-hop avec un chant phrasé nerveux et colérique. Après moult rencontres et changements dans le line-up, le groupe fournit un premier effort éponyme en 1995, puis assure l’année d’après avec Peuh !. Si le succès commercial tarde à venir, Lofofora assure surtout sur scène, enchainant les concerts en France comme au Canada. Ils fondent aussi un collectif, le Sriracha, qui permet à certains groupes d’émerger et de se faire connaître (Tripod, Noxious Enjoyment par exemple). Le véritable succès viendra en 2003 avec Le Fond et la Forme puis avec le changement de label en 2005 et l’album Les Choses qui Nous Dérangent, Lofofora devient une vraie bête de scène et de studio. Alors bien évidemment, quand le groupe sort un skeud, c’est toujours un évènement, et le fan attend de pied ferme des riffs agressifs et des paroles politiquement incorrectes. L’Epreuve du Contraire fait-il honneur à la réputation du groupe ? Indéniablement.

Le skeud démarre fort avec L’Innocence qui annonce la couleur avec des riffs plus que nerveux et des paroles bien senties. Pour sûr, on est face à du Lofofora pure souche, et le groupe est de retour encore plus énervé que d’habitude. Reuno profite de sa voix granuleuse pour appuyer une agressivité déjà bien présente. Le refrain est simple, entêtant et permet de bien enregistrer le titre. D’un point de vue nervosité, Pornolitique, le morceau suivant, s’inscrit dans la même veine, parlant de la nouvelle politique, des médias et de cette propagande insupportable que l’on subit tous les jours à la télé. On est vraiment dans du Lofofora, le groupe reste sur son crédo et ne dérogera pas à sa ligne de conduite. On retrouvera cet esprit rebelle (et nécessaire) dans l’excellent titre Le Malheur des Autres qui fait la part belle au métal et qui propose des paroles très dures sur la réalité des médias et des infos, préférant montrer tous les malheurs du monde plutôt que ce qui est bien. Le titre est varié, Reuno en profite pour poser sa voix sur un couplet qui fait presque prophète et tout cela offre une ambiance assez unique et prenante, que l’on retrouvera aussi dans le titre Pyromane, dans un autre style. Difficile aussi de ne pas nommer Trompe la Mort, tant le titre est violent et envoie du bois.

pht1

Mais limiter Lofofora à du métal est bien trop réducteur. En effet, brassant toutes les influences de l’esprit rock et punk, certains titres font vraiment échos au punk hardcore. On peut citer le titre très court et très efficace, La Tsarine. Le morceau ne dure qu’une minute trente, mais les paroles sont ravageuses, extrêmement bien écrites et on ressent vraiment tout l’amour du groupe pour ce genre underground et puissant. On retrouve aussi ce style punk dans le morceau Double A, mais qui demeure un peu moins réussi, à cause d’un faux rythme un peu décevant et de paroles qui restent moins puissantes que d’habitude.

En dehors de tout ça, on retrouvera aussi des titres qui font énormément référence à l’amour comme Romance, titre réellement punk et cynique sur l’égoïsme et l’amour à sens unique. Le titre est drôle mais il reflète une certaine réalité et il est bien à double sens. Chanson d’Amour est encore plus cynique racontant la difficulté d’écrire une chanson d’amour dans la conjecture actuelle. Néanmoins, le plus beau morceau et certainement le plus surprenant demeure La Dérive. Véritable morceau poétique, le titre monte crescendo vers une énergie débordante, assurant même une certaine mélancolie et avec un refrain terriblement efficace. C’est beau, c’est construit à la perfection et le morceau prend un envol incroyable. Enfin, difficile de ne pas énoncer deux titres d’une grande efficacité avec Contre les Murs et ses paroles coupantes avec son rythme très rock et son intro agréable ainsi que Notre Terre qui clôture l’album de la plus belle des façons. C’est violent, le chanteur pose une voix granuleuse et ultra efficace avec des riffs d’une grande puissance, pour terminer un album sur une note électrique et colérique.

Au final, L’Epreuve du Contraire, le dernier né de Lofofora est un skeud d’une redoutable efficacité et qui permet au groupe d’affirmer sa place de leader sur le marché du métal français. Nerveux, avec des paroles coupées au cordeau et un chant parfois rappé et parfois hurlé, on peut dire que Lofofora n’a rien perdu de sa fougue et ça fait putain de plaisir. Taillé pour la scène, on n’espère juste que les gars garderont de l’énergie pour une tournée qui promet d’être dantesque.

  1. L’Innocence
  2. Pornolitique
  3. Contre les Murs
  4. Trompe la Mort
  5. Le Malheur des Autres
  6. Romance
  7. La Dérive
  8. Pyromane
  9. Karmasutra
  10. La Tsarine
  11. Double A
  12. Chanson d’Amour
  13. Transmission
  14. Notre Terre

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net