décembre 2, 2020

The Tribe

351585.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : Plemya

De : Myroslav Slaboshpytskiy

Avec Grigoriy Fesenko, Yana Novikova, Rosa Babiy, Alexander Dsiadevich

Année : 2014

Pays : Ukraine, Pays-Bas

Genre : Drame

Résumé :

Sergey, sourd et muet, entre dans un internat spécialisé et doit subir les rites de la bande qui fait régner son ordre, trafics et prostitution, dans l’école. Il parvient à en gravir les échelons mais tombe amoureux de la jeune Anna, membre de cette tribu, qui vend son corps pour survivre et quitter l’Ukraine. Sergey devra briser les lois de cette hiérarchie sans pitié.

Avis :

La première fois que j’ai entendu parler de ce film, c’est quand il fut présenté dans la sélection de La Semaine de la Critique au dernier festival de Cannes. Au milieu de la sélection des premières œuvres traînait « The Tribe » venu comme un film entièrement tournée en langage des signes avec aucun sous-titre pour aider son public à comprendre ce qu’il se dit à l’écran. Presque cinq mois à imaginer l’expérience « The Tribe« , avec cette envie de voir et surtout ressentir quelque chose de neuf. Je sors de l’avant-première parisienne et le moins que je puisse dire c’est que le film est unique, déstabilisant et a laissé la salle KO sous l’intensité du choc.

474414.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Kiev, un jeune adolescent se rend dans sa nouvelle école, un établissement spécialisé qui accueille les jeunes sourds et muets. Comme dans tout établissement, il a ses bandes qui se sont créées un petit monde à eux et font régner leur loi, bizutages, trafic en tout genre, la loi du plus fort est de rigueur. Le jeune homme va devoir passer les rites imposés par les autres élèves pour se faire accepter parmi eux.

L’amour, comme la haine, n’a pas besoin de dialogues pour être compris. C’est avec cet esprit que le réalisateur Myroslav Slabosphyskiy est parti pour nous offrir « The Tribe« , un film qui sonne comme une expérience visuelle et sensorielle à part entière. Imaginez un film qui se déroule dans un établissement de sourds et muets, qui est joué en langage des signes, sans ambiance musicale pour accompagner les personnages et surtout sans aucun sous-titre pour qu’on puisse savoir ce qui se dit dans chaque scène du film. Et bien ce film, c’est le pari complètement dingue que le cinéaste ukrainien a décidé de mettre en images. Et pour ma part, le pari est totalement réussi et « The Tribe » s’avère être l’expérience de l’année, un film que l’on n’est pas prêt de revoir dans les salles obscures de sitôt. Comme l’expérience est inédite, j’avoue qu’il y a un temps d’adaptation, on n’est pas habitué à voir ce genre de film et on a tendance à vouloir savoir ce qui se dit dans chaque conversation. Mais une fois ce temps d’adaptation, je me suis plongé dans ce film atypique les deux pieds dedans et j’ai découvert un film passionnant qui m’offert un nouveau rapport à l’image et aux histoires. Le film est parfaitement compréhensible dans son ensemble, à aucun moment je me suis senti largué. Les acteurs formidables utilisent leurs corps pour communiquer et nous font parfaitement passer les émotions. C’est une nouvelle façon de regarder un film. « The Tribe » joue aussi avec notre imaginaire, puisque comme on devine les conversations sans vraiment savoir ce qui se dit dans le détail et aussi avec cette chorégraphie des corps, on peut laisser notre esprit vagabonder et imaginer les tenants et les aboutissants pour chaque moment.

Le film est aussi une réinvention dans la façon de filmer ses personnages. Le réalisateur, bien souvent, si ce n’est pas pour dire tout le temps, suit ses personnages dans des plans séquences parfaitement travaillés. Le film ne contient aucun champ contre champ sur les conversations des personnages, le réalisateur ayant besoin de filmer le corps complet de ses acteurs en permanence, d’où le fait que les personnages soient filmés d’assez loin et en même temps pas tant que ça et l’on reste toujours avec eux. C’est une nouvelle approche pour découvrir un film, je trouve. « The Tribe » sera aussi le choc des ambiances, capable de nous émerveiller avec des scènes très tendres, et d’un coup nous choquer avec une violence extrême, de nous retourner le ventre même de par une certaine réalité, comme une scène sur un parking de nuit, ou bien sur son final qui nous laisse sans voix. Plusieurs personnes en salle sont ressorties choquées, même outrées du film. Pour ma part, je n’ai que lui en tête et je n’ai cessé de ressasser l’expérience.

Pour son film, le réalisateur a « casté » des gens réellement sourds et muets et démontre qu’ils peuvent être aussi d’excellents acteurs et actrices. Les deux personnages principaux sont très touchants, chacun à leur façon. Grigoriy Fesenko est magnétique et nous fait passer avec une belle facilité tous les sentiments qui l’habitent, de l’amour à la haine et en passant par l’incompréhension. Puis il y a Yana Novikova, qui est tout simplement extraordinaire et épatante dans la peau de cette jeune femme, élève le jour et prostituée la nuit. L’actrice est une petite actrice née et j’espère la voir dans d’autres rôles. Elle m’a beaucoup touché et ému.

482539.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Ce « The Tribe » est très bon et j’en ressors ravi, conquis, perturbé, bouleversé et tendu aussi. C’est un film qui je pense va me poursuivre un bout de temps, tant le concept m’a plu, tant la forme était incroyable et sonnait comme de l’inédit, et enfin l’histoire m’a littéralement scotché sur place. Donc pour les plus curieux ou les plus courageux, car je reste certain que le film ne plaira pas à tout le monde, vous pouvez dès le premier octobre prochain vous rendre dans votre salle de cinéma la plus proche en espérant que le film soit bien distribué, ce que je doute affreusement.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.